Citations

La réflexion critique sur ce qu'implique l'usage alimentaire des animaux est engagée depuis l'Antiquité et s'est poursuivie jusqu'à nos jours. De Plutarque à Yourcenar en passant par Voltaire ou Gandhi, bien des penseurs illustres y ont participé.

Pythagore > Agrandir <

Pythagore

« Quel crime d’engloutir des entrailles dans ses entrailles, d’engraisser avidement son corps d’un autre corps, et de vivre de la mort d’un être vivant comme nous ! »

Pythagore (580-497 av. J.-C.),
Philosophe et mathématicien grec

Ovide > Agrandir <

Ovide

« Quoi donc ? Au milieu de tant de richesses que produit la terre, la meilleure des mères, tu ne trouves de plaisir qu’à broyer d’une dent cruelle les affreux débris de tes victimes, dont tu as rempli ta bouche, à la façon des Cyclopes ? »

Ovide (An 1)
Poète latin

Pythagore > Agrandir <

Plutarque

« Juste pour le plaisir de quelques pauvres bouchées de chair, nous privons une âme du soleil et de la lumière, et de la vie et du temps qui lui revenaient, et dont elle était née en ce monde pour jouir. »

Plutarque (46-125),
Philosophe grec

Voltaire > Agrandir <

Voltaire

« [I]l n’est que trop certain que ce carnage dégoûtant, étalé sans cesse dans nos boucheries et dans nos cuisines, ne nous paraît pas un mal [...] Qu’y a-t-il pourtant de plus abominable que de se nourrir continuellement de cadavres ? »

Voltaire (1772),
Philosophe français

Lamartine > Agrandir <

Alphonse de Lamartine

« Tu ne lèveras point la main contre ton frère,
Et tu ne verseras aucun sang sur la terre,
Ni celui des humains, ni celui des troupeaux,
Ni celui des poissons, ni celui des oiseaux. »

Alphonse de Lamartine (1838),
Poète et écrivain français

Arthur Schopenhauer > Agrandir <

Arthur Schopenhauer

« Une compassion sans bornes qui nous unit avec tous les êtres vivants, voilà le plus solide, le plus sûr garant de la moralité. »

Arthur Schopenhauer (1840)
Philosophe allemand

Henry David Thoreau > Agrandir <

Henry David Thoreau

« Quel que soit mon régime personnel, je suis convaincu que la destinée de la race humaine est appelée, dans son évolution graduelle, à cesser de se nourrir de chair animale [...]. »

Henry David Thoreau (1854)
Philosophe et poète américain

Charles Darwin > Agrandir <

Charles Darwin

« Ceux qui réfléchissent à ce sujet pour la première fois se demanderont comment une telle cruauté [envers les animaux] a été permise pour se poursuivre à notre époque de civilisation. »

Charles Darwin (1863)
Naturaliste anglais

Louise Michel > Agrandir <

Louise Michel

« Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes. »

Louise Michel (1886)
Anarchiste française

Léon Tolstoï > Agrandir <

Léon Tolstoï

« S’il cherche sérieusement et sincèrement la voie morale, la première dont l’homme se privera sera la nourriture animale ; car [....] son usage est tout simplement immoral, car il exige une action contraire au sentiment de moralité – l’assassinat – et il n’est provoqué que par la gourmandise, la voracité. »

Léon Tolstoï (1891),
Écrivain russe

Emile Zola > Agrandir <

Émile Zola

« Alors, est-ce qu’on ne pourrait pas, de nation à nation, commencer par tomber d’accord sur l’amour qu’on doit aux bêtes ? Et cela, simplement, au nom de la souffrance, pour tuer la souffrance, l’abominable souffrance dont vit la nature et que l’humanité devrait s’efforcer de réduire le plus possible, d’une lutte continue, la seule lutte à laquelle il serait sage de s’entêter. »

Émile Zola (1896)
Romancier français

Élisée Reclus > Agrandir <

Élisée Reclus

« Et puisque les physiologistes, puisque – mieux encore – notre expérience personnelle nous disent que cette vilaine nourriture de chairs dépecées n’est pas nécessaire pour entretenir notre existence, nous écarterons tous ces hideux aliments qui plaisaient à nos ancêtres, et qui plaisent encore à la majorité de nos contemporains. »

Élisée Reclus (1901)
Géographe et anarchiste français

Albert Schweitzer > Agrandir <

Albert Schweitzer

« Il arrive que les hommes se laissent trop facilement décourager à la pensée que l’individu ne peut rien faire, et ils en viennent, [...] à vouloir fermer les yeux [...] : ils ont l’impression qu’en tournant le dos [à ces misères] , elles existent moins réellement. Ce point de vue est faux et lâche. »

Albert Schweitzer (1908)
Philosophe et médecin alsacien
(prix Nobel de la paix 1952)

Mohandas Gandhi > Agrandir <

Mohandas Gandhi

« Quand je vois une vache, je ne vois pas un animal qui doit être mangé. Elle est pour moi un poème de pitié. [...] La protection de la vache [...] est la protection de toute vie, de tout ce qui dans le monde est faible est impuissant. La protection de la vache signifie fraternité des hommes et des bêtes. »

Mohandas Gandhi (1921)
Philosophe et homme politique indien

Federico Garcia Lorca > Agrandir <

Federico Garcia Lorca

« [E]t les terribles hurlements des vaches étripées emplissent de douleur la vallée [...]. Je dénonce tous ceux qui ignorent l’autre moitié [...]. Je dénonce la conjuration de ces officines désertes qui n’annoncent pas à la radio les agonies. »

Federico Garcia Lorca (1930)
Poète et dramaturge espagnol

Georges Franju > Agrandir <

Georges Franju

« Quand je suis allé la première fois là dedans [l’abattoir], je suis rentré chez moi, j’ai pleuré pendant deux jours, j’ai caché tous les couteaux, j’avais envie de mourir. »

Georges Franju (1949)
Cinéaste français

Marguerite Yourcenar > Agrandir <

Marguerite Yourcenar

« Je me dis souvent que si nous n’avions pas accepté, depuis des générations, de voir étouffer les animaux dans des wagons à bestiaux [...] personne, pas même les soldats chargés de les convoyer, n’aurait supporté les wagons plombés des années 1940-1945. »

Marguerite Yourcenar (1980)
Écrivaine franco-américaine

Milan Kundera > Agrandir <

Milan Kundera

« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité [...], ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. »

Milan Kundera (1984)
Écrivain tchèque

Claude Lévi-Strauss > Agrandir <

Claude Lévi-Strauss

« [U]n jour viendra où l’idée que, pour se nourrir, les hommes du passé élevaient et massacraient des êtres vivants et exposaient complaisamment leur chair en lambeaux dans les vitrines, inspirera sans doute la même répulsion qu’aux voyageurs du XVIe ou du XVIIe siècle, les repas cannibales des sauvages américains, océaniens ou africains. »

Claude Lévi-Strauss (1996),
Anthropologue et ethnologue français

Théodore Monod > Agrandir <

Théodore Monod

« Pourquoi reconnaître des droits à l’animal implique-t-il nécessairement qu’on l’identifie à l’homme ? En dépit de nos différences, ne peut-on pas tout simplement lui accorder le droit de vivre, d’exister ? »

Théodore Monod (1997)
Naturaliste et écrivain français

Jacques Derrida > Agrandir <

Jacques Derrida

« [L]es hommes font tout ce qu’ils peuvent pour dissimuler ou pour se dissimuler cette cruauté [...], pour organiser à l’échelle mondiale l’oubli ou la méconnaissance de cette violence [envers les animaux] que certains pourraient comparer aux pires génocides. »

Jacques Derrida (2001)
Philosophe français

J.M. Coetzee > Agrandir <

J.M. Coetzee

« La grande majorité des gens [...] organisent leurs vies de façon à penser le moins possible aux élevages et aux abattoirs, et font de leur mieux pour que leurs enfants restent dans l’ignorance [...]. »

J.M. Coetzee (2007)
Ecrivain sud-africain, prix Nobel de littérature

Paul McCartney > Agrandir <

Paul McCartney

« Si les abattoirs avaient des murs de verre, tout le monde serait végétarien. »

Paul McCartney (2009)
Compositeur, musicien, chanteur anglais

Yann Arthus-Bertrand > Agrandir <

Yann Arthus-Bertrand

« [F]ace à la souffrance d’un être humain ou d’un animal, il n’y a que deux attitudes possibles : construire un mur froid d’indifférence ou, au contraire, s’ouvrir et se laisser atteindre. »

Yann Arthus-Bertrand (2012)
Photographe, cinéaste et écologiste français