AH BAH TOI ALORS !!!

lun, 06/17/2013 - 14:17 -- Brigitte Gothière

Slam à l’occasion de la Marche pour la fermeture des abattoirs le 15 Juin 2013 à Paris.

Par Veganesh

Chaque année 60 milliards d'animaux terrestres et plus de 1000 milliards de poissons sont tués sans nécessité…

J’ACCUSE… l’abolition universelle de la peine de mort de ne pas être unie vers celles et ceux qui en souffrent encore, êtres de sentiences exécutés sans sentences.
Leur innocence doit-elle être prouvée ? Mais si nos sens ne veulent pas être éprouvés ?
Chère liberté de déguster leur chair ! Alors nous on se déchaine pour qu’on les déchaine, on se déchaine pour qu’on les déchaine ! On veut briser leurs fers mais on doit rester ferme et vous informez qu’ils sont enfermés dans tant de fermes et pour les faire fermer on n’a de cesse de répéter :

Stop au cauchemar, fermons les abattoirs ! (3X)

Tant sont abattus, et combien s’ront battus avant qu’on les tue ?
Faut bouger not’ cul tant que se sera tu…Et toi, où seras-tu ?
Merde, quand cessera ce truc ? Demain ?...
On les abattra. Alors qui se battera contre les batteries et bien plus ? br /> Nous aussi, comme Batman se brusque face à l’injuste,
aujourd’hui, on s’insurge contre ce « very bad trip » :

Stop au cauchemar, fermons les abattoirs !!!

Abolition de la viande, oui ! Abolissons la vi-an-de’, la vie en deux si la vie est une !
Que la batterie marque la rythmique, ils veulent plus de thunes.
De la caillasse, pour des carcasses ? Et qu’on fasse un duvet avec ses plumes !
Ces dindes finiront la peau lisse et une chair, quelle délice ! Mais il faut qu’on l’abolisse !
Désolé pour vos caprices de fin gourmet, la police rééduquera votre palais,
ou ce sera au palais de justice pour tous ces délits, ces délits :

Chaque jour dans l’immonde sont tués 3 milliards de poissons et 160 millions d'animaux terrestres sont abattus, a bah oui, a bah tu es… Tu es abasourdi, abattu, étourdi, rien qu’un jour, ça t’éblouie ? Alors abat-jour après jour, abat-nuit après nuit. Le crime devient l’ennui, lente nuit de l’âme, lame qui découpe la vie en deux, à l’abattoir, là-bas, toujours là-bas, plus loin, au- delà, ou l’abattoir est là, ba’nalisé, las, blasé…Las de tant de convois qu’on ne voit pas…Ah bah tue alors !… Idées noires. Désespoir de l’abattoir.

‘Faut bien qu’on vende la viande donc certains vantent une viande
sans épouvante… mais bien saignante ! On vous présente
de l’happy meat en propagande : « C’est propre la viande ! »
Tu t’en contentes, sauve ton éthique : de l’happy meat
dans ton assiette et « on est quitte!! »
Et si ça t’tente… Mon cul, c’est du poulet ! Désolé,
si j’ai des tics, faut qu’on m’explique,
Happy meat, leur bonheur n’est qu’un mythe.
Vous faites erreur, vous faites horreur, oui, vous faites terreur !
Et qui sont les terroristes d’une viande heureuse, jusqu’à quelle heure ?
Non, la vache n’est pas un peu heureuse dans son couloir mais bien peureuse.
Génisses écornés qui gémissent, porcelets castrés à vif, « mais c’est bio et sans pesticide ! »
Quelle contorsion à cette éthique quand poulets et cochons sont en prisons ?
C’est nous que vous trouvez liberticides quand on parle de l’abolition de vos caprices.
N’oublie pas de passer au marché ‘noir quand on aura fermé les abattoirs…

Stop au cauchemar, fermons les abattoirs !!!

Ah bah toi alors ! Soit plus subtil, de nos jours, le viandard se raffine,
le néocarnisme s’exprime « I love Bidoche » - ah toi aussi t’as lu le livre ?
« Bio, local c’est l’idéal », - Et pourquoi pas la viande hallal !!!
Zapper le végétal est un crime puisque ça rime :
Bio, local et végétal c’est l’idéal !
Mais ça semble trop radical, ou extrémiste, bande d’utopistes !
Mais c’est plutôt triste, ma piste est sans risque misanthropique :
Mon utopie réaliste est la suivante :
Continuer de rêver d’arrêter le cauchemar.
Continuer de rêver d’arrêter le cauchemar.
Continuer de rêver d’arrêter le cauchemar.
C’est ce rêve qui me donne la gnak !
Plus qu’une trêve à la barbak’, c’est pour ça que
j’attaque d’une claque qui reste verbale, non-violence…
Mais face à la viande de cheval, impatience…
Catalyse la crise de confiance vers une prise de conscience
pour le tout végétal, tout vert… Soit ouvert, ouvert pour les fermer,
Ouvrons nos gueules pour les fermer ! Ouvrons nos gueules pour les fermer :

« Stop au cauchemar, fermons les abattoirs »